Ecouter / Listen

- Lecteur Flash
- Depuis votre lecteur

Marché des créateurs – Dimanche 14 Décembre 2014

Superbe édition du Marché des Créateurs, avec une Usine pleine à craquer ! Une ambiance chill et sympa, on remet ça l’année prochaine ! Un grand merci aux organisatrices

marchedescreateurs-14122014

Chaque année c’est pareil, le temps file comme le vent et tu n’as toujours pas de cadeaux…
Hors de question de faire le mouton et d’acheter le même cadeau que le moitié de Genève ? La solution idéale est à deux pas !
Viens faire un tour au Marché des Créateurs à l’Usine, tu y trouveras de quoi satisfaire ton petit neveu, ta grand mère et même ton/ta chéri.e !
Rendez-vous sur les trois étages de l’Usine, place des Volontaires, le dimanche 14 décembre, à partir de 13h et jusqu’à 19h, pour y découvrir une soixantaine de créateurs qui viendront nous présenter leurs bijoux, sacs, vêtements, accessoires, peintures, sculptures, photographies, sérigraphies, céramiques, etc…
Sans oublier le stand pour assouvir nos petites faims et Radio-Usine pour assurer l’ambiance musicale !
Salles : Rez et Zoo.
De 13h à 19h, entrée libre.
Makhno ouvert, petite restauration, Radio-usine pour la musique.

Marché des Créateurs – Dimanche 15 Décembre 2013

C’est la même histoire tous les ans … Déjà le froid, déjà la neige, déjà les fêtes de fin d’année ! Aucune envie d’arpenter les allées remplies de guirlandes, de boules à neige et de lutins ? Plutôt à la recherche de pièces uniques et originales pour vos proches… ou pour vous-même ? C’est au marché des créateurs à l’usine qu’on vous attend !
Une cinquantaine de créateurs de toute la région viendront vous présenter leurs bijoux, sacs, vêtements, accessoires, peintures, sculptures, photographies, sérigraphies, céramiques, etc… Venez les (re)découvrir à l’Usine, le dimanche 15 Décembre !

Salles : Rez et Zoo | De 13h à 19h, entrée libre | Makhno ouvert avec petite restauration | Radio-usine pour la musique.

Et sur internet : Marche Createurs Usine Geneve

fly3_10x13_2013

fly2_10x13_2013

 

fly1_10x13_2013

 

Soutien à l’Usine – Dimanche 10 Mars 2013

Gueule de bois ?

Vivement Dimanche !

dimanche10mars-soutienusine

Spoutnik |15h30 – 19h00
Impros musicales sur films muets
Music for the Space (urban ambient)

Salle de Repete | 15h00 – 20h00
Massages, Thés, musique ambiante

Zoo | 15h00 – Minuit
Jeux de société pour petits et grands, couture + sérigraphie (ouvert à tout-e-s)
Djs Radio Usine
Bar – Bouffe

Moloko | 15h00 – Minuit
Zero Absolu (post-punk)
Concert surprise
Bar – Bouffe

Sometimes click academic service you need math in science to make a graph or to measure.

A l’abordage !

Le temps d’une nuit de tempête, l’Usine, enclave flibustière, s’ouvre à tou.te.s les pirates, boucanier.e.s et forbans des sept mers et de l’univers.
Entre deux abordages de galions impériaux, les bois-sans-soif viendront se relaxer autour d’un rhum et chanter en chœur leurs méfaits maritimes.
Hissons le pavillon noir et sus aux corsaires vendu.e.s aux rois !

Soirée globale pirates
Concerts, battle djs, karaoké, sérico, bar à shots, projections, bouffe
1 rhum offert aux meilleurs déguisements
11.11.11, 11.-, ouverture des portes à 21h.

MONSTRE
Première édition d’un festival de micro-édition à l’usine.

Une occasion pour rassembler pendant un week-end les principaux lieux de cette grande maison. Pendant trois jours l’honorable établissement de la place des volontaires sera le théâtre d’un gros boxon D.I.Y.

De la sérigraphie en affiche et en live sur ces vieilles loques qui te servent de fringues, des livres, des fanzine, des expositions pour ton petit frère et ta grand mère, des tables rondes pour discuter de ce que nous produisons et comment, des projections des derniers blockbuster holywoodien, des perfos mais aussi de grosses soirées sono-graphiques au programme.
Pas de sponsors, pas de subventions et des entrées souvent à prix libre. Le message est assez claire!
Le Monstre, c’est un festival Do It Yourself. On ne s’étonne pas trop de le trouver à l’Usine. Où pourrait-on le trouver d’autre aujourd’hui? Citez moi un lieux capable d’organiser un événement de ce type sans se manger six mois de dossiers et de rapport d’activité? Prépare tes déguisements monstrueux, pour un week-end monstre bien.
D’avance merci aux bénévoles et à l’usine.

Et à Lyon que se passe-t-il ?

SOUTIEN À L’OCCUPATION D’UN NOUVEAU LIEU AU COEUR DE LA CITE

Nous, associations, collectifs et individu-e-s de Lyon et d’Ailleurs, soutenons l’occupation de ces bâtiments appartenant à la ville de Lyon par les artistes issus de la friche RVI

Si nous soutenons cette occupation, c’est d’abord parce qu’il nous apparaît que les Frichard-e-s sont légitimes dans leur démarche. L’incendie qui a détruit au soir du 19 décembre 2010 1/16ème de la surface globale de la friche RVI, (alors même que le tribunal de grande instance de Lyon avait confirmé en novembre et pour six mois encore la poursuite de la convention signée en 2004), ne nous semble en aucun cas justifier leur mise à la rue sans aucune solution véritable de relocalisation.

Le traitement réservé aux artistes nous parait indigne d’une ville qui se veut « promotrices de toutes les cultures », car par ce geste, la mairie reconnaît explicitement que « toutes les cultures » n’ont pas la même valeur.

Cultures de la rue, de la débrouille et de la solidarité, cultures des free party et de la musique libre, culture de l’auto-organisation, cultures de formes artistiques multiples et mobiles… Le problème, plus profond encore, c’est qu’à la Friche, il n’a jamais seulement été question de cultures mais non moins de vies auxquelles ces cultures n’ont jamais cessé d’être attachées, et que ces vies là, débordantes et remuantes, la mairie ne veut plus en entendre parler.

Nous pensons nécessaire qu’il existe à Lyon des lieux dans lesquels la culture ne soit pas séparée des autres dimensions de l’existence. En proposant la relocalisation sur le site de Lamartine, la tentative de la mairie nous apparaît aller dans un sens diamétralement opposé à nos aspirations : évaluer des « projets artistiques », individualiser des « démarches » et ce faisant retirer toute la puissance d’expérimentation sociale et créatrice de la Friche. Mais ce que la mairie n’a pas compris, et qui est attesté par cette occupation, c’est qu’à la Friche et maintenant dans ces nouveaux locaux, il n’est pas si évident de séparer l’art de l’existence, de séparer « projet artistique labellisable » et vie quotidienne et collective.

Le problème rencontré par la Friche n’est malheureusement pas un cas isolé ni spécifique à la création artistique. Plus largement, Lyon est rendue de plus en plus hostile aux populations considérées comme indésirables, la pénurie de logements accessibles et d’hébergements d’urgence, la surveillance accrue des espaces publics, l’expulsion systématique des habitats précaires ou les arrêtés municipaux visant la prostitution de rue sont autant de manières d’exclure peu à peu tous ceux et celles qui ne participent pas selon la mairie à ville « attractive » économiquement. La qualité de vie à Lyon ne dépend pas pour nous de sa capacité à attirer touristes et investisseurs mais bien plutôt de permettre à tous et toutes de prendre place dans la ville.

Comment soutenir la Friche ?

En envoyant ce texte (ou un texte de votre propre composition) par mail à la mairie de Lyon à l’adresse suivante: najet.jaouadi@mairie-lyon.fr avec copie à la friche friche-la-suite@riseup.net

site internet : http://friche-rvi.org
Restons connecté-e-s !

And spiked heels as the shoes described above, writemypaper4me.org but they are boots because.

L’USINE SE MOBILISE UNE FOIS DE PLUS CE WEEK-END

L’Usine a fait grève samedi dernier et reste toujours mobilisée ce week-end pour revendiquer l’ouverture urgente de nouveaux espaces culturels nocturnes, autogérés et sans but lucratif (non, nous ne considérons pas les lounge bars ou le bowling de la Praille comme des espaces culturels). Suite à l’absence de réponses constructives de la part des autorités politiques, nous poursuivons la lutte !

Depuis la fermeture d’Artamis, il y a deux ans, et la politique d’intransigeance face aux squats instaurée par le procureur Zappelli, nous réclamons des solutions pour faciliter la création de nouveaux lieux alternatifs, à savoir non commerciaux ou hors « mainstream », accessibles à tous et garantissant la création de liens sociaux par l’organisation d’activités culturelles. Notre Maire, Madame Salerno, semble d’ailleurs avoir compris que la jeunesse réclame une autre façon de s’exprimer et de vivre la ville, et qu’aujourd’hui, on ne lui donne plus la possibilité de le faire à Genève. Effectivement, nous n’avons bien souvent pas les moyens, ni l’envie, de fréquenter les boîtes de nuit huppées. Nous ne voulons pas nous retrouver dans des espaces institutionnels ou privés sur lesquels nous n’avons aucune emprise. Nous voulons construire et organiser nous-mêmes les structures destinées à accueillir la culture qui nous est propre. Nous sommes les plus aptes à pouvoir faire évoluer cette culture de manière cohérente, puisque nous la vivons au quotidien. Au même titre que n’importe quel autre citoyen nous réclamons le droit à l’expression de notre culture.
Le manque de lieux alternatifs pèse sur l’Usine, sur la diversité culturelle du canton, mais également sur les artistes et sur le public. Les lieux de représentation se faisant de plus en plus rares, l’expression artistique, autant locale qu’européenne, est globalement en train de s’appauvrir au profit d’une culture d’Etat, élitiste et ciblée, ainsi qu’au profit d’une culture événementielle et lucrative orchestrée à grands coups de sponsors et de fonds privés.

La mobilisation de l’Usine, plus qu’une mobilisation pour un lieu, est une ACTION
- pour la diversité culturelle genevoise
- pour les autres espaces alternatifs qui luttent en Suisse
- pour la diversité des scènes européennes

POUR TOUTES CES RAISONS, L’USINE OUVRIRA SES PORTES CE VENDREDI A 21H ET ENTRAINERA SON PUBLIC DANS UNE PARADE FESTIVE EN COMPAGNIE DE L’ARV, DU CORNER 25, DE L’UECA ET DE L’ECURIE
A PARTIR D’1H.

Clothes because they just plain navigate here feel good!